L’Express

Guerre en Ukraine : le sort des 23 000 disparus au cœur d’une enquête du CICR

Des membres de l'équipe spéciale de la police armée marchent devant l'hôpital central pour enfants de Kiev, le 5 mars 2022, pendant l'évacuation des patients vers la Pologne et l'Allemagne, dix jours après que la Russie a lancé une invasion militaire sur l'Ukraine.




« Faire la lumière sur le sort de 23 000 personnes » disparues depuis le déclenchement du conflit, en février 2022. C’est toute la mission que s’est donnée le Bureau de l’Agence centrale de recherches (ACR) de la Croix Rouge pour le conflit armé international entre la Russie et l’Ukraine depuis sa création en mars 2022. Le premier Bureau du CICR mis en place spécifiquement pour un conflit international en plus de 30 ans. »Qu’elles aient été capturées, tuées ou séparées des leurs par suite des combats, leur absence est une terrible épreuve pour leurs familles », fait valoir le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) dans un communiqué publié ce lundi 19 février. Une réalité à laquelle « des dizaines de milliers de familles » sont confrontées, martèle le président du Bureau de l’ACR, Dusan Vujasanin. Et de souligner : « Elles ont le droit de savoir ce qu’il est advenu de leurs proches et, quand c’est possible, d’échanger avec eux des nouvelles. »Sur 115 000 demandes, 8 000 ont aboutiAu 31 janvier, 8 000 familles auraient bénéficié d’une aide pour obtenir des informations sur leurs proches et l’endroit où ils se trouvaient. Une victoire pour le patron du Bureau de l’ACR, chargé de collecter, de centraliser et d’enregistrer ces informations, pour les transmettre au camp concerné. « Lorsque nous parvenons à faire le lien entre une demande de recherches et les renseignements reçus des BNR, c’est un immense soulagement ».Toutefois, de nombreuses familles restent encore sans nouvelles de leurs proches disparus. « Nous avons permis à des milliers de personnes de reprendre contact avec un proche dont elles avaient perdu la trace ou d’obtenir des informations sur ce qui lui était arrivé. Mais tant d’autres sont encore dans l’attente et l’incertitude », concède Dusan Vujasanin. »Le chiffre de 23 000 représente le nombre de personnes – enfants ou adultes – pour lesquelles des membres de leurs familles ont ouvert une requête, précise à nos confrères de franceinfo Achille Desprès, porte-parole du CICR en Ukraine. C’est donc sans doute uniquement la partie émergée de l’iceberg. »Le Bureau de l’ACR, un organe neutreEt pour cause, au total, près de 115 000 demandes de recherches auraient été envoyées à l’organisme depuis sa création deux ans plus tôt. Des signalements par téléphone, via ses plateformes en ligne, par courrier ou lors d’entretiens en face-à-face, émanant de familles ukrainiennes mais également de familles russes.Car conformément aux Conventions de Genève, le Bureau de l’ACR pour le conflit armé international entre la Russie et l’Ukraine agit en qualité d’intermédiaire « neutre entre la Russie et l’Ukraine » et travaille ainsi bel et bien des deux côtés de la ligne de front.



Source link : https://www.lexpress.fr/monde/guerre-en-ukraine-le-sort-des-23-000-disparus-au-coeur-dune-enquete-du-cicr-ME4BO3E2XZEDHI2FD7BSKFBZXY/

Author : Ambre Xerri

Publish date : 2024-02-19 18:22:27

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : L’Express

cAKErESUME. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .