Le Gorafi

Il monte le volume de sa chanson des Enfoirés pour ne pas entendre le discours du SDF

Il monte le volume de sa chanson des Enfoirés pour ne pas entendre le discours du SDF



“Ce n’est pas contre eux mais c’est toujours un peu pénible ces prises de parole à rallonge. On est là, tranquillementen train d’écouter La Chanson des Restos et il faut entendre quelqu’un se plaindre pendant trois minutes” s’impatiente Jean-Baptiste. “Je sais que ce n’est pas facile mais ils pourraient faire ça en dehors des heures de pointe” ajoute-t-il en fredonnant le refrain “on n’a plus le droit d’avoir faim ni d’avoir froid”. 

À court d’idées pour ignorer les relances de Raymond, Jean-Baptiste a ensuite pris la décision de se réfugier dans son smartphone pour éviter les eye-contacts avec le SDF. “Faut nous comprendre aussi, c’est compliqué d’écouter tous les appels à la charité quand on est en train de faire des choses importantes comme trier des mails ou participer à des cagnottes Leetchi” ajoute-t-il en envoyant un Lydia de 50 euros pour l’anniversaire d’un ami.

Ce n’est pas la première fois que Jean-Baptiste fait preuve d’ingéniosité pour se débarrasser des petits désagréments des transports en commun. Lors de son dernier trajet pour le travail, le jeune cadre avait ainsi eu la bonne idée de lancer la chanson Despacito sur Spotify alors qu’un joueur d’accordéon entonnait une reprise de la même chanson sur la ligne 6.
L’article Il monte le volume de sa chanson des Enfoirés pour ne pas entendre le discours du SDF est apparu en premier sur Le Gorafi.fr Gorafi News Network.



Source link : https://www.legorafi.fr/2024/05/14/il-monte-le-volume-de-sa-chanson-des-enfoires-pour-ne-pas-entendre-le-discours-du-sdf/

Author : La Rédaction

Publish date : 2024-05-14 10:25:40

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : Le Gorafi

.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . +