L’Express

Iran : « Le geste de Stéphane Séjourné est un outrage pour le peuple qui se bat »

Stéphane Séjourné, mardi 23 janvier 2024, à Paris.




Mardi 23 janvier, à 4 heures du matin, la République islamique a exécuté par pendaison un nouveau manifestant iranien innocent. Il s’appelait Mohammad Ghobadlou. Il avait 23 ans. Le régime des mollahs est le premier bourreau de la planète avec une moyenne de 3 exécutions par jour.Quelle fut la réaction de la France face à cette exécution inique ?Rappeler son ambassadeur ? Convoquer l’ambassadeur de la République islamique d’Iran à Paris ? Rappeler publiquement que la France est très fermement opposée à la peine de mort en tout lieu et en toutes circonstances ? Non, un simple communiqué du Quai d’Orsay regrettant l’exécution mais dont l’effet fut anéanti quelques heures plus tard par le chaleureux accueil réservé par notre nouveau ministre des Affaires étrangères à l’un des bourreaux du peuple iranien : monsieur Hossein Amir Abdollahian, membre éminent du Corps des gardiens de la révolution, milice paramilitaire de la République islamique, qui finance et arme le Hamas, le Hezbollah, le Djihad islamique et les houthistes du Yemen.Tandis que le Parlement européen a voté à une large majorité pour le classement de ce groupe sur la liste des organisations terroristes, le gouvernement français a non seulement refusé d’entériner ce vote mais a continué d’entretenir des relations diplomatiques avec ce régime qui promeut le terrorisme et qui utilise la peine de mort comme moyen de pression sur sa population.Non content de semer le chaos de Gaza jusqu’au Pakistan, la République islamique massacre ainsi au grand jour sa propre population, assujettit les femmes, discrimine les minorités religieuses et LGBTQ + et tient l’Occident en joue par la « diplomatie » des otages qu’il pratique depuis les années 1980.Il est grand temps que la France comprenne que l’on ne fait pas de diplomatie avec des terroristes et qu’elle condamne avec la plus grande vigueur les innombrables exactions commises par ce régime, ainsi que les atteintes permanentes aux droits les plus fondamentaux de la personne humaine. Après 45 années de silence, le temps est venu de l’action et de la fidélité à nos principes : un régime meurtrier doit être isolé, arrêté et jugé.Le geste de notre ministre des Affaires étrangères constitue un outrage pour le peuple iranien qui se bat chaque jour au péril de sa vie pour défendre les valeurs universelles de liberté et d’égalité qui fondent notre démocratie.C’est aussi une atteinte grave et indélébile au cœur de l’identité de la France, héritière des lumières, incarnée dans la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, mais qui s’érode chaque jour un peu plus à coups de petits arrangements avec la barbarie. Les associations de défense des droits de l’homme et de soutien à la révolution Femme, Vie, Liberté, signataires de cette tribune, demandent à être reçues par le ministre des Affaires étrangères, monsieur Stéphane Séjourné, pour lui faire part de leur inquiétude grandissante face à la politique iranienne de la France.Le gouvernement français doit cesser de fraterniser avec ces terroristes. Ce qu’il fait passer pour des relations diplomatiques s’apparente en réalité à un pacte avec le diable, que la France regrettera tôt ou tard, lorsque la violence terroriste s’abattra sur son sol, comme l’a annoncé la république islamique depuis sa création.Ce que vit le Moyen-Orient aujourd’hui, et pour lequel la France se rend lâchement complice, est ce qui nous attend demain si nous ne changeons pas notre politique à l’égard de la République islamique d’Iran. A l’heure où nous publions, nous déplorons l’exécution de Pejman Fatehi, Mohsen Mazloum, Vafa Azarbar et Mohammad Faramarzi, quatre nouveaux prisonniers politiques (kurdes iraniens) par la République islamique.Une tribune à l’initiative de l’association Norouz, dont les premiers signataires sont :Shirin EBADI, prix Nobel de la Paix ; Xavier-Jean KEITA, Avocat, Médiateur et Conseil CPI, Ancien Conseil Principal, Cour Pénale Internationale ; Raphaël CHENUIL, Directeur d’Ensemble Contre la Peine de Mort et Président de la Plateforme des Droits de l’Homme ; Huguette CHOMSKI MAGNIS, Secrétaire générale du Mouvement Pour la Paix et Contre le Terrorisme ; Laure CAILLE, Présidente de Libres MarianneS ; Hirbod DEHGHANI-AZAR avocat, Président de Norouz ; Michel LIZIN, Président de la FAML ; Mahyar MONSHIPOUR, champion du monde de Boxe ; Anousha NAZARI, artiste lyrique ; Marjane SATRAPI, auteure et réalisatrice ; Michèle VIANES, Présidente de Regards de FemmesAinsi que les associations et collectifs Norouz, ECPM, MPCT, Femme Azadi, This is Revolution, European Iranian Women for secular democracy, Libres MarianneS, Band of Sisters, Femme Vie Azadi, Iraniens de Nice, SNI, Synergie Wallonie pour l’égalit, Homa, Phénix, La ligue du droit International des Femmes, Regards de Femmes, Neda d’Iran, Alborz et Fondation Anne-Marie Lizin.



Source link : https://www.lexpress.fr/monde/iran-le-geste-de-stephane-sejourne-est-un-outrage-pour-le-peuple-qui-se-bat-ZQWEOD5U4ZB35N22FPVK342AJ4/

Author :

Publish date : 2024-01-30 21:14:04

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : L’Express

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .