L’Express

Colère des agriculteurs : Gabriel Attal va recevoir à nouveau la FNSEA mardi soir

Des agriculteurs bloquent l'autoroute A20 près d'Argenton-sur-Creuse, le 30 janvier 2024, alors qu'ils se rendent au marché de gros de Rungis, dans le cadre de manifestations nationales organisées par plusieurs syndicats d'agriculteurs.




Les agriculteurs ont poursuivi, ce mardi 30 janvier, leur mobilisation en bloquant des axes stratégiques autour de Paris, déterminés à montrer qu’ils peuvent tenir plusieurs jours. Lors de son discours de politique générale à l’Assemblée nationale, Gabriel Attal a appelé à « une exception agricole française » et promis « d’être au rendez-vous » pour répondre à la crise des agriculteurs.Les infos à retenir⇒ Gabriel Attal promet « d’être au rendez-vous »⇒ 200 tracteurs toujours en direction de Rungis⇒ Les agriculteurs espagnols rejoignent le mouvement de grogne européenGabriel Attal va recevoir à nouveau la FNSEA mardi soirGabriel Attal va recevoir à nouveau le syndicat agricole majoritaire FNSEA à Matignon mardi soir, a appris l’AFP de sources concordantes, alors que les agriculteurs prévoient de prolonger plusieurs jours leur mobilisation et leurs blocages routiers.Le Premier ministre avait déjà reçu lundi soir, pendant 3h30, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs. Cette rencontre de mardi soir, révélée par LCI et confirmée par une source exécutive et une source proche du dossier, a lieu après la déclaration de politique générale du chef du gouvernement durant laquelle il a évoqué de « nouvelles mesures de soutien » dans « les tout prochains jours ».Gabriel Attal promet « d’être au rendez-vous »Lors de sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale, le Premier ministre Gabriel Attal a salué « nos agriculteurs, nos pêcheurs, qui travaillent matin, midi et soir pour nous nourrir ». Enumérant plusieurs des mesures destinées à faciliter leur vie déjà annoncées vendredi, il a rappelé que la crise agricole ne serait pas réglée « en quelques jours ». « Nous irons plus loin encore », a-t-il assuré. Illustration de cette volonté, les aides européennes de la Politique agricole commune (PAC), qu’il avait promis d’accélérer, seront versées « d’ici le 15 mars », a-t-il précisé, mardi.Sans donner de détails, il a aussi évoqué un renforcement des aides fiscales aux éleveurs et « un grand plan de contrôle sur la traçabilité des produits », alors que de plus en plus d’agriculteurs ont décidé d’inspecter par eux-mêmes des camions visiblement étrangers sur les routes de France.Le convoi vers le marché international de Rungis se poursuitParti d’Agen sous la coupe de la Coordination rurale, un convoi d’agriculteurs d’environ 200 tracteurs se dirige toujours vers le marché de Rungis, poumon alimentaire de l’Ile-de-France. Les autorités ont tenté de bloquer leur avancée dans la matinée avec une cinquantaine de véhicules de gendarmerie sur l’autoroute A20 en Haute-Vienne. « Mais comme on est sur des tracteurs, on a défoncé les barrières de sécurité pour rejoindre l’ancienne nationale qui longe l’A20 », a décrit à l’AFP Thomas Hégarty, un responsable local de la Coordination rurale, deuxième syndicat agricole en France. Le convoi est depuis retourné sur l’autoroute.Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a échangé avec la présidente de la Coordination rurale, Véronique Le Floc’h, selon une source dans l’entourage du ministre. « Ils sont convenus de les laisser se regrouper à Vierzon (Cher), en les accompagnant jusque-là. Ils se rappelleront ensuite ».Parmi les forces de l’ordre, des doutes subsistent sur la capacité du convoi à atteindre Rungis. « Ce serait un gros rapport de force de passer » les barrages mis en place avec les blindés, a dit à l’AFP un membre des forces de l’ordre sous couvert de l’anonymat. « Cela irait à l’encontre de l’image qu’ils veulent donner », a ajouté cette source. Le syndicat majoritaire du secteur, la FNSEA, a de son côté répété son malaise face à cette opération, son président Arnaud Rousseau fustigeant sur Europe 1 les « compétiteurs syndicaux qui veulent aller à Rungis pour faire le coup de force ».Les agriculteurs espagnols rejoignent le mouvement de grogne européenLes trois principaux syndicats agricoles espagnols ont annoncé rejoindre le mouvement de grogne des agriculteurs européens, avec une série de « mobilisations » dans l’ensemble du pays au cours des « prochaines semaines ». »Le secteur agricole en Europe et en Espagne est confronté à une frustration et un malaise croissants en raison des conditions difficiles et de la bureaucratie étouffante générées par les réglementations européennes », ont expliqué dans un communiqué l’Asaja, l’UPA et la Coag, sans préciser à ce stade les dates de manifestations.Le ministre français de l’Agriculture à Bruxelles mercrediLe ministre français de l’Agriculture Marc Fesneau se rendra mercredi après-midi à Bruxelles « pour une série d’entretiens visant à accélérer le traitement des urgences européennes », a indiqué son cabinet mardi dans un message à la presse.Ces réunions seront « en lien avec les annonces du Premier ministre », qui doit prononcer mardi sa déclaration de politique générale, « et les attentes exprimées par les organisations professionnelles agricoles », a ajouté le cabinet.Le détail des blocagesContrôles informels de cargaisons de camions aux alentours des supermarchés à Marmande (Lot-et-Garonne), dégustation de fromages en Indre-et-Loire, déversement de pneus devant des bâtiments administratifs en Mayenne, rassemblement devant la préfecture de Saint-Denis sur l’île de la Réunion : les actions organisées mardi par le monde agricole ont pris diverses formes.A Cavaillon, dans le Vaucluse, des adhérents de la Confédération paysanne, le 3e syndicat agricole, ont bloqué la base logistique d’Aldi pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur et la plateforme du groupe Leclerc, située à proximité.De très nombreuses autoroutes sont toujours visées par le mouvement, avec près de 150 tracteurs bloquant l’A1 dans les deux sens au niveau de l’aire de Chennevières-lès-Louvres, au nord-est de Paris. Plusieurs centaines de tracteurs bloquent également toujours l’A35, l’autoroute qui longe Strasbourg.Réclamant « la fin des accords de libre-échange », une centaine d’agriculteurs ont bloqué pendant deux heures mardi une base logistique d’Intermarché située à proximité du péage de Saint-Quentin-Fallavier (Isère) sur l’A43, lui-même paralysé depuis la matinée. « Nous sommes les premières victimes de ces centrales d’achat, conséquence des accords de libre-échange avec des avions et des camions qui tuent l’agriculture partout dans le monde », a fustigé au micro Antoine Pariset, maraîcher et porte-parole de la Confédération paysanne du Rhône.Depuis la matinée, 300 personnes et 20 tracteurs ont répondu à l’appel de la Confédération paysanne Auvergne-Rhône-Alpes et installé un barrage au niveau du péage de Saint-Quentin-Fallavier à une trentaine de kilomètres à l’est de Lyon.Les échanges avec la Commission européenneLa bataille sera également menée au niveau européen. Emmanuel Macron s’entretiendra jeudi à Bruxelles avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, au sujet de cette crise.L’échange aura lieu en marge d’un Sommet européen extraordinaire consacré au budget de l’UE et à l’aide à apporter à l’Ukraine sur lesquels les 27 n’avaient pas réussi à trouver un accord en décembre en raison du veto de la Hongrie.Il portera sur l’accord commercial entre l’UE et le Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay et Paraguay), rejeté par une grande partie des agriculteurs, les obligations de jachères et l’arrivée de produits ukrainiens dans l’Union.Le chef de l’Etat « s’est exprimé à plusieurs reprises pour manifester son opposition très claire à la conclusion de l’accord auprès de la présidente de la Commission européenne », a souligné l’Elysée. Et, selon la présidence française, les négociations avec le Mercosur sont d’ores et déjà interrompues du fait de l’opposition de la France.



Source link : https://www.lexpress.fr/societe/colere-des-agriculteurs-un-convoi-en-route-vers-rungis-UL4MXLG4DVBNVD6RTHMH32XUPI/

Author :

Publish date : 2024-01-30 20:58:28

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : L’Express

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .