L’Express

Israël veut que l’Unrwa n’ait plus aucun rôle à Gaza après la guerre

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu auprès de soldats israéliens dans la bande de Gaza, le 26 novembre 2023




Le sort des civils à Gaza reste, ce samedi 27 janvier, au cœur de vives préoccupations. Ces inquiétudes se focalisent sur Khan Younès, principale ville du sud du territoire assiégé qui est le théâtre ces derniers jours de combats acharnés entre l’armée israélienne et le mouvement islamiste palestinien Hamas.Ces affrontements, doublés de raids aériens israéliens, ont poussé des milliers de personnes à quitter la ville et ont réduit a minima la capacité des deux principaux hôpitaux locaux, Nasser et al-Amal. Dans la nuit, des témoins ont fait état de frappes violentes sur place et le Croissant-Rouge palestinien a dit avoir reçu des morts et traité des blessés à l’hôpital al-Amal.Les infos à retenir :⇒ De nombreux Etats ont réagi à la décision de la CIJ sur l’accusation de « génocide » contre Israël⇒ L’Australie et le Canada suspendent le financement de l’Unwra⇒ Israël veut que l’Unrwa n’ait plus aucun rôle à Gaza après la guerreLes réactions à la décision de la CIJ sur l’accusation de « génocide » contre IsraëlLes réactions internationales ont afflué vendredi peu après la décision historique de la plus haute juridiction de l’ONU, la Cour internationale de justice (CIJ), appelant Israël notamment à « prendre toutes les mesures en son pouvoir » pour éviter un génocide à Gaza. La CIJ, qui siège à La Haye et n’a aucun levier pour imposer ses décisions, a également enjoint Israël à prendre « des mesures immédiates » pour permettre la fourniture « de l’aide humanitaire dont les Palestiniens ont un besoin urgent » dans la bande de Gaza, sans cependant y appeler à un cessez-le-feu.Benyamin Netanyahou a jugé « scandaleuses » les accusations de « génocide » à Gaza déposées par l’Afrique du Sud. « La tentative ignoble de refuser à Israël » le « droit fondamental » de se défendre est « une discrimination flagrante contre l’Etat juif, et elle a été « rejetée à juste titre », a estimé le Premier ministre israélien.La décision est « un avertissement important (rappelant) qu’aucun Etat n’est au-dessus de la loi », a de son côté réagi le ministre des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne, Riyad al-Maliki, dans un message vidéo. « Les Etats ont désormais l’obligation juridique claire de mettre fin à la guerre génocidaire d’Israël contre le peuple palestinien de Gaza », a-t-il poursuivi. L’Afrique du Sud, qui avait saisi la CIJ, a salué vendredi une « victoire décisive pour l’Etat de droit international et une étape importante dans la quête de justice pour le peuple palestinien », selon son ministère des Affaires étrangères. Pour sa part, le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a salué ce samedi cette décision qui « confirme le respect du droit international et la nécessité pour Israël de se conformer impérativement à ses obligations en vertu de la Convention sur le génocide ».Les Etats-Unis ont quant à eux réaffirmé que les accusations de « génocide » à l’encontre d’Israël sont « sans fondement ». « Nous continuons de penser que les accusations de génocide sont sans fondement et prenons note du fait que la Cour n’a pas conclu à un génocide ni appelé à un cessez-le-feu », a déclaré un porte-parole du département d’Etat.Décision de la CIJ : le Conseil de sécurité de l’ONU se réunira mercrediLe Conseil de sécurité de l’ONU se réunira mercredi pour se pencher sur la décision de la CIJ qui a appelé Israël à empêcher tout acte éventuel de « génocide » à Gaza, a annoncé la présidence française du Conseil. La réunion a été demandée par l’Algérie, « en vue de donner un effet exécutoire au prononcé de la Cour internationale de justice sur les mesures provisoires qui s’imposent à l’occupation israélienne », avait indiqué plus tôt dans la journée le ministère algérien des Affaires étrangères.Le Royaume-Uni, l’Australie, le Canada et l’Italie suspendent le financement de l’UnrwaAprès les Etats-Unis, l’Australie et le Canada ont annoncé la suspension de leurs financements à l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), après des accusations des autorités israéliennes selon lesquelles des employés pourraient avoir été impliqués dans l’attaque du Hamas le 7 octobre. Washington a annoncé vendredi « suspendre temporairement » tout futur financement de l’agence onusienne au cœur de la distribution de l’aide aux civils de la bande de Gaza et sous le feu des combats entre Israël et le mouvement islamiste palestinien.Ce samedi, la ministre australienne des Affaires étrangères Penny Wong s’est dite « profondément préoccupée » par les accusations contre l’Unrwa. « Nous parlons avec nos partenaires et allons suspendre temporairement le versement des financements récents », a-t-elle écrit sur le réseau social X. « Nous saluons la réponse immédiate de l’Unrwa, y compris la résiliation de contrats (NDLR : de membres du personnel) ainsi que l’annonce d’une enquête sur les accusations envers l’organisation », a-t-elle poursuivi. L’Italie, elle, a sauté le pas : elle a annoncé, peu après, la suspension de son aide à l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa).Le Royaume-Uni suspend également « temporairement » son financement à l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), a annoncé ce samedi le gouvernement britannique. Le Royaume-Uni « est consterné par les accusations selon lesquelles des employés de l’Unrwa ont participé à l’attaque du 7 octobre contre Israël », a écrit le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.Israël s’en prend à l’Unrwa, le Hamas dénonce des « menaces »Israël souhaite que l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens ne joue plus aucun rôle à Gaza, a déclaré son chef de la diplomatie. Le gouvernement veut « s’assurer que l’Unrwa ne fera pas partie » de la solution dans le territoire palestinien après la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien, a indiqué Israël Katz dans un communiqué, espérant « faire cesser » toutes les activités de l’Unrwa.Le Hamas a dénoncé immédiatement les « menaces et le chantage » d’Israël à l’encontre des agences de l’ONU. « Nous demandons aux Nations unies et organisations internationales de ne pas céder aux menaces et au chantage » d’Israël, a ajouté le mouvement islamiste palestinien dans un communiqué.Samedi, le ministre des Affaires civiles palestinien Hussein al-Cheikh a indiqué sur le réseau X que l’Unrwa a besoin d' »un soutien maximal » et « non qu’on lui coupe soutien et assistance ». « Nous appelons les pays qui ont annoncé la cessation de leur soutien à l’Unrwa à revenir immédiatement sur leur décision, qui implique des risques graves » pour l’assistance humanitaire, a ajouté Hussein al-Cheikh, également secrétaire général du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).Pour MSF, « il n’y a virtuellement plus de système de santé à Gaza » »Il n’y a virtuellement plus de système de santé à Gaza », a dénoncé vendredi Médecins sans frontières, après que la plupart des services de l’hôpital Nasser, où l’ONG travaillait encore, sont « désormais hors d’état de fonctionner » du fait du conflit entre Israël et le Hamas. »La capacité chirurgicale de l’hôpital Nasser », la plus grande structure de santé de Khan Younès, dans le sud de la bande Gaza, est à présent « quasiment inexistante », et les « quelques membres du personnel médical qui sont restés à l’hôpital doivent composer avec des stocks de matériel médical très faibles », a déploré MSF dans un communiqué.Le ministère de la Santé du Hamas a fait état d’une « coupure complète de l’électricité » dans ce centre hospitalier, qui a conduit « tous les équipements médicaux à arrêter de fonctionner, dont les machines respiratoires ». Si la plupart du personnel de l’hôpital et des milliers de personnes qui s’y étaient réfugiées ont fui ces derniers jours, entre 300 et 500 patients gravement blessés, qui n’ont pu être évacués « en raison du danger et faute d’ambulances », se trouvent toujours dans la structure, a indiqué Médecins sans frontières.



Source link : https://www.lexpress.fr/monde/proche-moyen-orient/israel-veut-que-lunrwa-nait-plus-aucun-role-a-gaza-apres-la-guerre-RKC23V5BVVF5ZJKIV7BY7VDWPY/

Author :

Publish date : 2024-01-27 17:33:28

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : L’Express

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .