L’Express

Violences faites aux femmes : le gouvernement précise son calendrier

logo




C’est une parution symbolique, en cette Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes. Voté en février au Parlement, le décret d’application de la loi instaurant une aide financière d’urgence pour les victimes de violences conjugales est paru au Journal officiel ce samedi 25 novembre. Attribuée en fonction des revenus et de la situation familiale, cette aide pourra être versée à compter du 1er décembre, avait annoncé la veille la Première ministre Élisabeth Borne.Une femme victime de violences conjugales présentant « une plainte ou une ordonnance de protection peut demander une aide qui va de 250 euros à plus de 1 300 euros », a précisé ce samedi la ministre chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, Bérangère Couillard. Il s’agit d’une « aide directe versée en trois à cinq jours par les Caisse d’allocations familiales (CAF) », a-t-elle ajouté sur France 2.Un soutien à la mise à l’abriCette aide doit permettre aux victimes de violences conjugales « de faire face à leurs dépenses urgentes en cas de mise à l’abri et de séparation, en attendant de trouver des solutions durables, d’accéder aux aides existantes et de bénéficier d’un accompagnement social », précise le gouvernement dans un communiqué. Elle sera modulée en fonction des ressources de la victime et de ses besoins (en prenant en compte par exemple la présence et le nombre d’enfants à charge), selon un barème précisé dans le décret paru au Journal officiel.Le gouvernement va également tester dans cinq départements un « pack nouveau départ », avec un agent de la CAF chargé « d’organiser, avec les associations locales, le départ des femmes », a poursuivi Bérangère Couillard. « Il y a encore trop d’allers-retours avant que les femmes puissent quitter définitivement le domicile et donc se séparer de leur agresseur ». Élisabeth Borne a, elle, promis vendredi l’examen à l’Assemblée nationale d’une proposition de loi instaurant une ordonnance de protection « immédiate ».Sécurité dans les transports publics et VTCDans la foulée, le gouvernement a également annoncé vouloir renforcer la protection des femmes dans les transports publics, et lancer une campagne de sensibilisation contre les violences sexistes et sexuelles. Chiffrée à un million d’euros, l’opération de communication « contre les agresseurs, levons les yeux » aura pour but, pendant un mois, d’alerter sur les agressions verbales et physiques.Côté transports privés, le ministre Clément Beaune a aussi annoncé, vendredi, une série de mesures concernant les taxis et VTC. « Aujourd’hui, nous renforçons encore notre arsenal de protection à l’égard des femmes dans les transports, en excluant de la profession de chauffeur de taxi et de VTC toute personne ayant fait l’objet d’une condamnation à caractère sexiste ou sexuel. C’est du bon sens : tolérance zéro », a-t-il déclaré.Sensibilisation au consentementOutre ces mesures d’exclusion et « l’élargissement des conditions de restriction d’accès à la profession », le ministre a annoncé « le renforcement de la formation des chauffeurs », avec l’intégration dès 2024 d’un « module de sensibilisation aux atteintes à caractère sexiste et sexuel », destiné aux nouveaux entrants dans la profession mais aussi aux chauffeurs en exercice grâce à la formation continue.Pour sa part, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Sylvie Retailleau, a annoncé vendredi le déploiement d’une enveloppe d’1,8 million d’euros pour soutenir les projets de 60 associations impliquées dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles, selon un communiqué. La campagne de sensibilisation au consentement « Sans oui, c’est interdit » va aussi être renouvelée dans les établissements pour une année.Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux ce samedi matin, le président de la République a déclaré : « La persistance de la violence faite aux femmes n’est pas une fatalité, nous devons y mettre fin et nous allons le faire. » Avant d’énumérer les actions mises en place : élargissement des horaires du 3919, mise en place d’une plateforme numérique d’accompagnement, facilitation du dépôt de plainte, augmentation du nombre d’enquêteurs dédiés, entre autres.



Source link : https://www.lexpress.fr/societe/violences-faites-aux-femmes-le-gouvernement-precise-son-calendrier-JWFUQUJMDJHRJJZSTITN3MZHQE/

Author :

Publish date : 2023-11-25 18:15:44

Copyright for syndicated content belongs to the linked Source.

Tags : L’Express

Violences faites aux femmes : le gouvernement précise son calendrier- Violences faites aux femmes : le gouvernement précise son calendrier * Violences faites aux femmes : le gouvernement précise son calendrier | Violences faites aux femmes : le gouvernement précise son calendrier | Violences faites aux femmes : le gouvernement précise son calendrier | Violences faites aux femmes : le gouvernement précise son calendrier | Violences faites aux femmes : le gouvernement précise son calendrier | Violences faites aux femmes : le gouvernement précise son calendrier | Violences faites aux femmes : le gouvernement précise son calendrier | Violences faites aux femmes : le gouvernement précise son calendrier | | Violences faites aux femmes : le gouvernement précise son calendrier | | Violences faites aux femmes : le gouvernement précise son calendrier | | Violences faites aux femmes : le gouvernement précise son calendrier |